constituer et organiser une collection, la mettre en valeur et la diffuser largement

Hello,

En deux parties, dont une fort courte …

1) Constituer et organiser une collection

http://www.abf.asso.fr/pages/interieur-contenu.php?categorieTOP=6&categorie=44&id_contenu=49

  • avoir un responsable de la politique documentaire … ,
  • Mettre en commun les réflexions, Réfléchir aux publics, associer des partenaires à la réflexion, Évaluer les collections existantes,
  •  Établir des indicateurs de gestion des acquisitions ex public motivé, tout public… etc…
  • Formaliser les procédures de désherbages,
  • penser réseaux,
  • utiliser les répartitions budgétaires,
  • choisir sans subir,
  • développer les compétences en acquisition,
  • produire un document de politique générale.

Ajoutons un impératif procédural : il est très important que chaque bibliothèque porte par écrit ses réflexions, ses arbitrages, mais aussi ses commandes, et il faut aussi soigneusement garder la trace de tous ces éléments.

Les 12 points évoqués ci-dessus constituent la trame de toute politique d’acquisition. Leur mise en œuvre nécessite du temps, temps de discussion, temps de maturation : la politique qui s’ensuivra n’en sera que plus cohérente.

Il est toujours nécessaire d’expliquer aux usagers les critères et objectifs de la politique d’acquisition, mais seule la tutelle peut apporter une réponse aux courriers et aux attaques publiques.

Le pluralisme est une conception qui affirme, par principe, la légitime diversité des individus, des opinions, des savoir, et des pensées. Cette définition fait écho aux termes d’éclectisme, d’encyclopédisme, d’universalisme et à la notion de tolérance qui sont les fondements de la déontologie du bibliothécaire. Parce que le pluralisme consiste, non pas à utiliser la bibliothèque comme instrument de propagande, mais à assurer la représentation de la plus grande variété possible de sujets, de cultures, d’auteurs, de styles…, il concourt grâce à une information multiple à développer le sens critique du lecteur et non à l’embrigader.

Dans le domaine politique, la bibliothèque doit donc présenter la plus grande diversité des mouvements, des idées, et accompagner de textes critiques les documents émanant des différentes tendances politiques : à défaut de pouvoir le faire avec toute la largeur de vue nécessaire, il peut être préférable de renoncer à proposer non pas des ouvrages sur la politique, mais les titres prosélytes ; il est par ailleurs évident que la bibliothèque n’a pas vocation à offrir dans ses collections un miroir documentaire des résultats électoraux nationaux ou locaux : la collection se doit d’être un encouragement au débat partagé. Ainsi, l’oeuvre d’un romancier ne peut être estimée qu’à l’aune de sa valeur créative, comme les documents scientifiques (sciences pures, sciences humaines, sciences sociales) n’ont pour référence que la reconnaissance de la communauté scientifique.

Pouchol, Jérôme, « Pratiques et politiques d’acquisition », BBF, 2006, n° 1, p. 5-17
[en ligne] <http://bbf.enssib.fr/&gt; Consulté le 26 février 2013

2- La mettre en valeur et la diffuser largement

pour le coup, c’est là que l’idée d’une promotion de la lecture publique prend tout son sens…

J’en parle abondamment et de manière personnelle dans d’autres articles, je me contenterai pour cet article en doublon de cette excellente citation de M. Calenge.

Dans les interrogations sur les acquisitions, on imagine volontiers que l’entrée du document dans la bibliothèque est un acte fondateur définitif. C’est peut-être oublier que cette acquisition prend aussi son sens dans le contexte physique de la collection existante. Ce titre, que veut-on en faire ? Veut-on le stocker dans des magasins accessibles seulement via les catalogues ? Le présente- t-on en libre accès ou dans le cadre d’un fonds spécialisé ? À quel endroit du plan de classement le range-t-on ? Romans osés, bandes dessinées dites « pour adultes », manifestes politiques extrémistes, théories controversées peuvent ainsi connaître des localisations bien différentes dans la collection, qui conditionnent en partie les itinéraires de lecture auxquels ils appartiendront. La capacité décisionnelle du bibliothécaire joue aussi sur cette dimension, par la mise en espace, les côtoiements, l’organisation des catalogues. Par les bibliographies aussi : je devine qu’il y a avec les bibliographies un savoir bibliothécaire ancien à revivifier, en proposant sous des formes séduisantes non des recensements exhaustifs, mais des propositions d’itinéraires variés, émaillés de critiques, d’explications, de chemins de traverse, à destination de multiples types de publics.

Calenge, Bertrand, « La collection entre offre et demande ? », BBF, 2001, n° 2, p. 40-48
[en ligne] <http://bbf.enssib.fr/&gt; Consulté le 11 avril 2013

En conclusion, une collection c’est comme une forêt, il faut de temps en temps désherber, planter à nouveau, recréer des chemins de traverse… où sinon toujours d’après BC :

Acquérir, c’est oser des propositions, des rapprochements, des itinéraires parfois surprenants, dans une collection qui, par le jeu des contextes qu’elle concentre, crée un univers particulier au-delà des documents qui la constituent. Ce n’est pas faire oeuvre d’éclectisme, car le travail d’élaboration de la politique fixe des axes privilégiés et aussi des exclusions, mais c’est une offre de confiance raisonnée envers le jugement des lecteurs et acquéreurs d’aujourd’hui, alliés à ceux d’hier, pour fonder l’encyclopédisme de demain, carte aux multiples itinéraires dans l’univers des savoirs, de la création, des lectures possibles toujours réinventées.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Politique documentaire et d'acquisition ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s