Activités périscolaires, droit d’auteur, avenir des bib

Hello,

le débat d’agorabib porte sur les activités périscolaires que les bibliothèques sont censées faire à l’école … personnellement à titre purement fictif mais je sens que ça me tomber dessus l’année prochaine je vois :

  • Recherche documentaire
  • Découverte de la Biblio à travers chasse au trésor, rallye lecture
  • Reconstitution d’histoire à partir d’images
  • puzzles // jeux d’observation
  • Livret-découverte d’exposition
  • Atelier d’écriture = poèmes, romans policiers, fantastiques, etc, bande dessinée, kamishibai, journal
  • Voyage à travers les contes, découverte d’auteur à travers ces romans, de pays aussi… à travers des livres, des contes, des documentaires
  • Jeux d’écritures ..

Enfin bref, il existe beaucoup d’activités possibles mais plus elles seront longues et complexes plus elles nécessiteront du temps en amont…

sinon, pour le bouillon du jour et les nouvelles du jour …

ça tourne comme souvent autour de la copie privée et du droit d’auteur… on ne change pas une équipe qui gagne !!!

Ma ministre veut faire payer Google, youtube et amazon pour contribuer à la culture … moi, je veux bien mais quid d’une véritable politique de la culture …

Pourquoi les bib ne disparaitront pas …

http://www.impactlab.net/2013/04/03/top-5-innovations-that-show-libraries-dont-have-to-disappear/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=top-5-innovations-that-show-libraries-dont-have-to-disappear-impact-lab

Alors pour ce que j’en ai compris !! c’est ma première lecture d’un article en anglais et d’une tentative de compréhension. Il existe différentes possibilités d’avenir mais aussi de raisons à l’existence des bib, il ne faut pas oublier qu’elles ont quasiment toujours existé ^^

bref, il y a donc en devenir voire déjà maintenant les bibliothèques numériques qui ne contiennent que des ordinateurs, des liseuses, des e-books. Il y a aussi cette idée que les bibliothèques sont un lieu d’accès au savoir donc qu’elles pourraient être dotées de salles de classe !!! mais aussi de lieux dédiés à la création, à l’innovation grâce à des fablabs, des makers space… Il existe aussi des initiatives intéressantes de créer des bibliothèques éphémères voire itinérantes .. et finalement, l’article cite un fait que les bibliothèques peuvent être créatrices de lien social.

Petit rappel : c’est quoi déjà le droit d’auteur juridiquement ?

http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/02/20/1321-les-droits-d-auteur-pour-les-nuls?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=les-droits-dauteur-pour-les-nuls-journal-dun-avocat

Je garderai cette citation que je trouve tellement vraie et intéréssante outre le fait que le droit moral et patrimonial est fort bien expliqué et qu’il faut vraiment que je me garde cette référence sous le coude !!!

Permettre à un artiste de vivre de son art est normal et sain pour la vie artistique. Je ne suis pas en guerre contre les droits d’auteur. J’émets simplement des doutes sur la réalité de l’étendue du préjudice que les ayants droit prétendent subir à cause du téléchargement par des particuliers (télécharger une œuvre ne fait pas obstacle à l’acheter par la suite pour l’avoir en meilleure qualité ou bénéficier des bonus, et rien ne permet d’affirmer que ceux qui ont téléchargé une œuvre l’aurait acheté s’ils avaient été mis dans l’impossibilité de se la procurer de cette façon), et constate que le conservatisme de cette industrie qui espère arrêter le cours du temps et de la technologie plutôt que faire face aux défis que représentent l’évolution de la technique est proprement suicidaire. Nous sommes en 2009, et l’industrie musicale commence tout juste à proposer légalement des titres au format largement compatible, ayant semble-t-il compris la bêtise que constituaient les mesures techniques de protection qui protégeaient surtout contre l’écoute du morceau.

Car, et c’est là ma deuxième observation, rappelez vous ce que je vous ai dit. Le droit d’auteur est apparu pour protéger les auteurs contre les éditeurs qui s’enrichissaient sur leur dos, puis contre les producteurs de spectacle et les interprètes qui faisaient de même. Le combat des ayant-droits aujourd’hui présente une grande nouveauté : il oppose les ayant-droits à leur public, qui ne s’enrichit pas sur leur dos. Les musiciens insultent ceux qui apprécient leur musique en les traitant de voleurs, les réalisateurs font de même avec ceux qui apprécient leur film en les traitant de dealers.

Je ne suis pas expert en marketing, mais qu’il me soit permis d’émettre des doutes sur la viabilité de cette attitude, et même de sa simple rationalité.”

Maitre Eolas, 2009
J’aimerai finir aujourd’hui sur une synthèse d’un de mes premiers articles histoire de bosser un peu le programme …

Développement d’actions culturelles et éducatives

cela passe bien évidemment par des actions culturelles telles que les rencontres d’auteurs, les comités de lecture, des séances de contes, des expositions, des sélections et des débats…

en matière d’éducation, j’ai fait un rappel au début de cet article puisque c’était mon actualité.

En définitive, les trois objectifs du développement d’actions culturelles et éducatives c’est la mise en valeur des collections, la médiation autour des oeuvres et la recherche de nouveaux publics.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Promotion de la lecture publique voire de la culture pour tous ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s