Monthly Archives: September 2014

Doit on reprocher à la philosophie d’être inutile ?

philosophie = mode de raisonnement, une discipline. On ne voit pas son utilité, à quoi elle sert…

Inutile = ne sert à rien, n’a aucune fonction. Pas comme un crayon.

Reproche = connotation négative

 

 

La philosophie est inutile c’est ce qui fait sa force

Pour vivre, on a besoin de manger, boire, dormir, une maison chauffée.

Il y a des tas de gens qui vivent sans la philosophie. Elle ne fait pas partie des besoins primaires.

Elle a pas d’objet précis, a un programme assez vague et très large en même temps.

Elle est poussiéreuse, compliqué, réservé à certains.

son inutilité,  c’est sa force, son intérêt

l’amour de la philosophie, un vaste sujet n’est ce pas… la philosophie ne sert à rien donc elle est indispensable ^^ parce qu’elle apprend à réfléchir sur soi et sur les autres, sur notre relation au monde et aux autres… parce qu’elle nous fait emprunter un chemin balisé pour bâtir notre palais de réflexion.  Parce qu’elle est une réponse dans un monde de questions… parce qu’elle répond aux questions fondamentales de l’être humain : qui suis je ? où vais je ? que ferais je ? quelle est ma raison d’exister ? ai-je vraiment besoin d’une raison d’exister ?

Elle apporte une vérité universelle propre à chacun et à tous dans le même temps.. 😉

Elle a une grande utilité pour les hommes

Elle est à l’origine de la science !!! si, si, si Elle était d’ailleurs considérée par Platon comme une science même La science comme The woman ^^

combattu par la religion et par la science moderne …

il lui est reproché à l’époque de Descartes de ne pas donner à la raison toute sa positivité…

Sujet : Doit on reprocher à la philosophie d’être inutile ?

La philosophie est par définition l’amour de la sagesse. C’est surtout la recherche de la connaissance. Cependant cette recherche, ce cheminement de pensée peut être mal perçu. Quelle est la raison de l’existence de la philosophie ? Elle est inutile effectivement mais c’est ce qui fait sa force, son intérêt ainsi elle acquiert une grande utilité pour les hommes.

Problématique : Quelle est la raison de l’existence de la philosophie ?

I- On peut reprocher à la philosophie d’être inutile
 En effet, elle ne fait pas partie de besoins primaires. Afin de pouvoir vivre, nous devons boire, dormir et manger. Ainsi, la philosophie semble être une activité superflue et inutile comme l’art. Toutefois, si l’homme ne devait avoir que des activités propres à sa survie, il ne pourrait pas d’adapter, évoluer, etc…
 En plus, elle n’a pas de but en particulier, elle ne sert à rien et ne servira à rien. De son étude ne ressortira aucune application pratique, aucun découverte scientifique où technique comme le vaccin contre la rage par exemple. En outre, elle concerne un peu tous les domaines de la connaissance donc de facto elle n’en concerne aucun. Par ailleurs, du fait qu’elle est sans objet, cela peut donner l’impression que son étude débouche sur des discussions oiseuses et stériles.
 C’est une discipline ancienne voire millénaire qui existe depuis la Grèce ancienne. A cause de ses illustres créateurs, elle peut paraître hors de portée du commun des mortels et ainsi être réservé à une certaine élite. D’autre part, elle n’est pas gage de modernité puisqu’elle se pose toujours les mêmes questions.
Toutefois, c’est ce qui fait tout son intérêt voire son but en réalité.

II- son inutilité, c”est sa force, son intérêt

 Malgré qu’elle ne réponde pas à nos besoins primaires, qu’elle ne soit pas essentielle au développement du monde voire du progrès scientifique et technique. Elle est propre à l’espèce humaine. Les êtres humains sont en effet les seuls à s’interroger sur leur existence. Nous aimons savoir, nous aimons comprendre. Comme nous aimons rire, nous aimons à nous interroger. En fait, nous cherchons éternellement une voie d’accès au bonheur.
 Mais le but de la philosophie est de nous accoucher à nous-mêmes pas seulement de nous permettre de trouver le bonheur. Que nous trouvions les réponses par nous-mêmes. Que notre raisonnement se construise par lui-même. Elle nous pousse à nous interroger sur l’éthique, la déontologie. Il ne s’agit plus de repousser les limites du savoir mais du pourquoi savoir ? Et comment savoir ? Et ainsi, que nous construisions notre propre identité, notre propre personnalité.
 La philosophie finalement doit construire notre identité, ça paraît bien ambitieux. D’autant plus qu’elle véhicule une image poussiéreuse mais elle n’a jamais été autant actuelle. Elle date en effet des premiers siècles avant Jésus-Christ. D’autres disciplines sont aussi anciennes comme le Yoga et ne portent pas cette image négative et permettent également une introspection à travers la méditation notamment. En outre, notre société porte des individus pleins de leur propre individualité qui même dans leur recherche du bonheur n’ont pas conscience des ravages de notre société occidentale sur la perception de nos besoins.

En conséquence de quoi, la philosophie dans son but de nous faire prendre conscience par nous-mêmes de notre voie d’accès à la zénitude est d’une grande utilité.
III- Elle a une grande utilité pour les hommes

 Ainsi, la philosophie est une force d’interrogation sur les autres et sur soi-même ainsi que sur le monde qui nous entoure. Platon la considérait comme la science par excellence. En réalité, elle chapeaute un peu toutes les autres. La philosophie pousse à s’interroger sur notre chemin à travers l’existence et à travers le savoir. La philosophie nous apprend à réfléchir sur nous-mêmes, sur notre rapport aux autres mais aussi au monde. La philosophie est un peu la conscience de la science.
 Elle apporte un début de réponse aux questions fondamentales de l’être humain. Nous cherchons tous à comprendre notre utilité dans l’existence et quel est le but de notre présence ici. Plus que notre raison d’être en ce monde, nous cherchons tous le bonheur. Mais aussi, à nous rassurer sur ce qui existe par delà la mort.
 La philosophie nous offre des vérités universelles à celui qui veut bien les chercher. Car la philosophie demande de réfléchir en soi et par soi aux grandes questions de l’humanité. Descartes a ainsi prouvé l’existence de Dieu suivant un raisonnement qui lui était propre. La question de notre perception du monde et de notre propre existence a aussi été remise en question par les sceptiques.

 

On peut reprocher à la philosophie d’être sans but et sans réelle nécessité. Toutefois, ce qu’elle peut apporter est plus que des éléments pratiques, elle apporte des possibilités d’existence.

.

Leave a comment

Filed under philosophie

un jour

Un jour, je saurai faire la part des choses

je  mettrai le passé à distance

et j’avancerai déterminée et confiante dans mes choix vers l’avenir

je saurai qui je peux aimer, sur qui je peux compter et je n’hésiterai pas ….

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Protected: Aujourd’hui

This content is password protected. To view it please enter your password below:

Enter your password to view comments.

Filed under Defoulement

à chacun sa vérité ?

Philosophons un peu …

La vérité est une adéquation entre la pensée et la réalité… la pensée se base sur des opinions, des faits, des connaissances… et la réalité c’est un peu l’expérience du monde qui nous entoure…  savoir que notre vérité où les vérités où la vérité est un peu au milieu de tout ça, ça me parait fort complexe.

surtout que nous avons tous nos propres points de vue, que notre individualité et notre tendance à l’égocentrisme nous poussent à nous croire le centre du monde… Alors la vérité, c’est compliqué…..

Mettons que je ressente mes hormones se transformer en lumière au contact de quelqu’un … c’est ma vérité… la sienne, c’est d’apprécier ma compagnie sans que ces propres hormones dansent la java…  c’est sa vérité… mais tout ça c’est subjectif !!! Après tout, il s’agit là de sentiments… Je ne pense pas que la vérité se niche dans les sentiments voire les émotions.

Qu’est ce qu’une connaissance élaborée voire une pensée ?  Victor Hugo a très probablement écrit “Demain dès l’aube” pour sa fille décédée il y a longtemps, ceci est quasi un fait, une certitude… et c’est réel, il doit y avoir une tombe quelque part et pour que ça soit venu à ma connaissance, il a dû écrire des notes où il le raconte…   c’est une vérité !  comme le radeau de la Méduse(des immigrants qui se noient dans la méditerranée au 19éme siècle)  et Guernica(Une peinture de Picasso qui illustre la destruction d’un village d’Espagne dans les années 30) sont des peintures qui se basent sur des faits réels : horribles mais réels.  Ce sont des vérités basés sur des faits et des compte-rendus, etc…

Je pense aussi au fait que les trous noirs ne sont en réalité pas des trous mais des avaleurs de monde…

les faits scientifiques, artistiques voir littéraires reflètent une vérité qui est intangible tandis que les sentiments d’après moi, ne sont que des poussières éparpillées aux milles vents…bref, ce ne sont pas des vérités… encore que …

Je soupire mais je ne peux rien y faire … un seul être me manque et le monde entier me semble vide…. et je me veux vendredi … alors qu’on est déjà mercredi ^^

 

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Poèmes

La solitude m’étreint telle une universelle aragne

Elle me tient dans ses rets

Elle me blesse, me colle et me fatigue

poussant, cherchant ma voie

mais rien ne vient

juste le silence et le sang qui coule

goutte après goutte

je sens ma vie me quitter

alors, quand les yeux de la bête

arrivent sur moi

Je plonge en avant

vers d’autres possibles….

mon cœur s’emballe

mon âme s’envole

je me réjouis

je trébuche et tombe

Je deviens qui je suis

et me rappelle

soudain

des autres… de ce qu’ils sont …

entre les phrases et les gestes

les faits et les actes

le rire et les douceurs sucrées des soirées tranquilles

Je cherche un papillon blanc

qui volète au vent

son chant est magnifique

son allure gracieuse

et pourtant sa vie ne dure qu’un instant…

le temps pour qu’une patte d’un vil félin

s’abatte sur sa douceur et son inconscience

alors déchiqueté, broyé le papillon à la vie éphémère mourra

tandis que d’un pas nonchalant

le chat s’en ira à la recherche d’une nouvelle proie ….

Criant, volant au vent

Je m’en vais par monts et par vaux

chercher l’inaltérable et l’absolu

J’erre dans un grand désert blanc de cailloux tout doux

et je rêve à des étendues vertes et ombragées

pour juste me poser à l’ombre d’un arbre

et écouter le remous de l’eau qui coule…

et s’écoule et qui toujours revient à nous

par la petite porte voire la grande …

et humer de délicats parfums qui s’évaporent dans l’air …

L’éphémère est tabou

L’utilitaire ne peut être passager

Exister est peu de choses parfois

Pourquoi ?

Si seulement nous étions éternels

rien ne saurait nous troubler

et à jamais nous ne ferions qu’un avec nous-mêmes

sans espoir en l’avenir

puisque celui-ci restera immuable…

La quête d’une identité

est à la fois une aventure et une histoire sans fin

car le changement nous guette

et dès demain, nous ne sommes plus ce que nous étions hier

 

Il était une fois des espoirs en cavale
Des souhaits à tire-larigot
Des tonnes de possibilités d’embranchement de réalités alternatives
Aux confins du monde connu
Subsiste une hypothétique parcelle de verdure et de joie
Une Arcadie lumineuse et ensoleillée
Bien malin qui y parviendra, bien fol sera celui qui y séjournera
À manger les fruits de l’oubli et de l’ignorance
À trop rêver, les parcelles de nos âmes s’effilochent
Comme des fils qui battent au vent et qui s’envolent
À trop vivre, les rêves s’effilochent
Jusqu’à prendre la poudre d’escampette

Il ne reste plus rien si ce n’est quelques miettes d’incertitudes et d’actes manqués…

.

 

Encore aujourd’hui les méandres de mes neurones

sont fait d’incertitudes brutes et vagues à la fois

J’aimerai tant que l’avenir soit une belle route toute droite

mais je crois que finalement je préfère savoir

que toujours je serai sur une belle plage de sable

où le sable est doux, les châteaux de sable immenses

et où la mer peut tout détruire du jour au lendemain

où la vague peut me prendre, me noyer et m’abandonner sur le rivage

et où le vent et l’air iodé me donneront envie de voler

de m’envoler à dos de dragon et de ne jamais poser pied à terre…

dans un ciel bleu où nuageux où de nuages laiteux en nuages douillets

Je verrai encore le monde d’un autre œil !

Je n’y croyais pas et pourtant c’était vrai
je parlais et me mouvais
hier encore et demain à nouveau …
c’était indescriptible, à la fois tétanisant et plein d’espoirs confus
qu’espère t-on quand on ne souhaite rien ?
juste effleurer du bout d’un doigt une possibilité peut-être
mais quand on sait déjà que joie et espérance seront présentes
que son être s’épanouira comme quand le goût d’un chocolat fond en moi
que peut-on bien espérer ? si ce n’est faire fleurir quelques sourires heureux
sur des visages aimés…

 Après tout quel est l’intérêt de tout cela ?
où sont mes plages de sable doré
mes coquillages…
mes tours anciennes
j’aimerai tant que les jours anciens et heureux reviennent
où j’écoutais des ménestrels, où je sentais des roses parfumées
dans une autre existence peut-être
où dans un rêve balloté dans les flots d’une transparence translucide
tout s’en va, rien ne reste et finalement tout est changé …

 

 

J’ai rencontré de merveilleuses personnes et toutes sortes de personnes, de quoi garder l’esprit ouvert 🙂

 

Je souhaite continuer à découvrir Genève et ses alentours de par des promenades instructives où insolites et par des sorties culturelles…. Evidemment, rôliste je suis et je resterai ^^

 

Je suis sans voiture mais serait toujours contente de payer ma part si besoin.

 

Au plaisir de vous rencontrer sur une prochaine sortie.

  

 

et un petit poème en prose pour changer :

 

Entretemps quelques univers se sont entremêlés

une paire de super novas ont explosées

quelques naines noires se sont fondues en des artifices lumineux

et ont fait vi

un trou noir s’est ouvert … et a tout englouti

mais dans la gare des mondes, des pas se sont perdus

des pas se sont croisés et ont virevolté

pour repartir ailleurs vers d’autres mondes, d’autres bulles d’existences

vivre quelques vies où bien les rêver …

 Dans le bleu du ciel

je crois que je m’envole doucement

J’espère encore et je cours à travers

des rivières, des montagnes

pour trouver un parcelle de rêve

mais je crois que je finirai par

incarner cette guerrière flamboyante qui

pourfendra le dragon

et je retrouverai enfin mon arc-en-ciel….

 

Leave a comment

Filed under Defoulement