Category Archives: Defoulement

en cas d’émotions fortes, j’écrirai une certaine prose libératrice….

J’écrirai ma vie en lettres majuscules

Histoire de crier, de hurler dans le vent

mes rêves impossibles

mes désespoirs fumeux et incendiaires

mes idées incongrues et insolites

oui, j’aimerai hurler jusqu’à ce que je ne sois plus qu’un point noir dans l’horizon

si je ne suis qu’un grain de poussière dans l’univers

si je ne suis qu’une goutte d’eau parmi tant d’autres

alors laissez-moi hurler jusqu’à ce que tout s’arrête

mes peurs, mes incertitudes

mes échecs, ma paresse intellectuelle

oui, je peux créer

mais je ne suis qu’une vieille commode remplie d’objets hétéroclites et usés

alors laissez-moi hurler en paix…

Leave a comment

Filed under Defoulement

Je suis Charlie

aujourd’hui la France est en larmes et pleure ses morts… pourtant je n’ai jamais lu en entier un Charlie Hebdo…. mais j’aimais leur esprit irrévérencieux et le fait que quelqu’un aimait rire de tout de manière crue et parfois limite voire déplacée… mais aujourd’hui, nous sommes dans un pays libre et c’est possible après tout…. La France des droits de l’homme… la France de Delacroix et de sa liberté !

Sauf que certains veulent nous museler, ils veulent nous enlever notre liberté chérie…. Alors, nous sommes Charlie, une armée d’anonymes que rien ni personne ne pourra contrôler… nous sommes la liberté de pouvoir dire ce que nous voulons sur n’importe quel sujet…. surtout s’il s’agit de pointer le fanatisme, la langue de bois et l’hypocrisie qui règnent un peu partout et nulle part à la fois !

oui, Charlie j’écris ton nom en blanc sur noir

oui, je suis habillé de rouge et j’ai un joli bonnet mais tu ne me trouveras pas dans une foule, je suis la foule…

tu ne peux tuer l’invisible …

vous pouvez tuer 12 hommes de bien mais vous ne pourrez jamais tuer un mot….LIBERTE !!!

les mots nous définissent, nous font exister …. le langage est une arme qui ne s’éteindra jamais…

Alors, même si je tremble de peur et d’effroi, même si je pleure sur les familles endeuillées et ces morts….

N’oubliez pas… vous qui n’existez pas non plus que nous vaincrons ! enfin je l’espère…

la lumière de la liberté triomphera de l’intégrisme

et nous vous verrons brûler dans votre haine

alors que nous, nous vivrons dans l’amour de la liberté !

7 janvier 2015 – 11h25…. Charlie est né… il ne mourra jamais car il n’existe que dans nos esprits.

Leave a comment

Filed under Defoulement

Tout abandonner, se laisser aller…

Les lumières du ciel

transportent mon âme

par leur éclat…

Je sens le vent fouetter mon visage

Je roule sous la pluie

et je m’envole ailleurs

j’étends mes bras, je sens des ailes pousser

je traverse la mer des nuages

et je rejoins le soleil

qui me brûle les ailes…

mais alors que je tombe

je sens que je m’émeus devant tant de beauté…

et que je ne peux après tout pas m’empêcher d’y succomber…

Leave a comment

Filed under Defoulement

Protected: Aujourd’hui

This content is password protected. To view it please enter your password below:

Enter your password to view comments.

Filed under Defoulement

Poèmes

La solitude m’étreint telle une universelle aragne

Elle me tient dans ses rets

Elle me blesse, me colle et me fatigue

poussant, cherchant ma voie

mais rien ne vient

juste le silence et le sang qui coule

goutte après goutte

je sens ma vie me quitter

alors, quand les yeux de la bête

arrivent sur moi

Je plonge en avant

vers d’autres possibles….

mon cœur s’emballe

mon âme s’envole

je me réjouis

je trébuche et tombe

Je deviens qui je suis

et me rappelle

soudain

des autres… de ce qu’ils sont …

entre les phrases et les gestes

les faits et les actes

le rire et les douceurs sucrées des soirées tranquilles

Je cherche un papillon blanc

qui volète au vent

son chant est magnifique

son allure gracieuse

et pourtant sa vie ne dure qu’un instant…

le temps pour qu’une patte d’un vil félin

s’abatte sur sa douceur et son inconscience

alors déchiqueté, broyé le papillon à la vie éphémère mourra

tandis que d’un pas nonchalant

le chat s’en ira à la recherche d’une nouvelle proie ….

Criant, volant au vent

Je m’en vais par monts et par vaux

chercher l’inaltérable et l’absolu

J’erre dans un grand désert blanc de cailloux tout doux

et je rêve à des étendues vertes et ombragées

pour juste me poser à l’ombre d’un arbre

et écouter le remous de l’eau qui coule…

et s’écoule et qui toujours revient à nous

par la petite porte voire la grande …

et humer de délicats parfums qui s’évaporent dans l’air …

L’éphémère est tabou

L’utilitaire ne peut être passager

Exister est peu de choses parfois

Pourquoi ?

Si seulement nous étions éternels

rien ne saurait nous troubler

et à jamais nous ne ferions qu’un avec nous-mêmes

sans espoir en l’avenir

puisque celui-ci restera immuable…

La quête d’une identité

est à la fois une aventure et une histoire sans fin

car le changement nous guette

et dès demain, nous ne sommes plus ce que nous étions hier

 

Il était une fois des espoirs en cavale
Des souhaits à tire-larigot
Des tonnes de possibilités d’embranchement de réalités alternatives
Aux confins du monde connu
Subsiste une hypothétique parcelle de verdure et de joie
Une Arcadie lumineuse et ensoleillée
Bien malin qui y parviendra, bien fol sera celui qui y séjournera
À manger les fruits de l’oubli et de l’ignorance
À trop rêver, les parcelles de nos âmes s’effilochent
Comme des fils qui battent au vent et qui s’envolent
À trop vivre, les rêves s’effilochent
Jusqu’à prendre la poudre d’escampette

Il ne reste plus rien si ce n’est quelques miettes d’incertitudes et d’actes manqués…

.

 

Encore aujourd’hui les méandres de mes neurones

sont fait d’incertitudes brutes et vagues à la fois

J’aimerai tant que l’avenir soit une belle route toute droite

mais je crois que finalement je préfère savoir

que toujours je serai sur une belle plage de sable

où le sable est doux, les châteaux de sable immenses

et où la mer peut tout détruire du jour au lendemain

où la vague peut me prendre, me noyer et m’abandonner sur le rivage

et où le vent et l’air iodé me donneront envie de voler

de m’envoler à dos de dragon et de ne jamais poser pied à terre…

dans un ciel bleu où nuageux où de nuages laiteux en nuages douillets

Je verrai encore le monde d’un autre œil !

Je n’y croyais pas et pourtant c’était vrai
je parlais et me mouvais
hier encore et demain à nouveau …
c’était indescriptible, à la fois tétanisant et plein d’espoirs confus
qu’espère t-on quand on ne souhaite rien ?
juste effleurer du bout d’un doigt une possibilité peut-être
mais quand on sait déjà que joie et espérance seront présentes
que son être s’épanouira comme quand le goût d’un chocolat fond en moi
que peut-on bien espérer ? si ce n’est faire fleurir quelques sourires heureux
sur des visages aimés…

 Après tout quel est l’intérêt de tout cela ?
où sont mes plages de sable doré
mes coquillages…
mes tours anciennes
j’aimerai tant que les jours anciens et heureux reviennent
où j’écoutais des ménestrels, où je sentais des roses parfumées
dans une autre existence peut-être
où dans un rêve balloté dans les flots d’une transparence translucide
tout s’en va, rien ne reste et finalement tout est changé …

 

 

J’ai rencontré de merveilleuses personnes et toutes sortes de personnes, de quoi garder l’esprit ouvert 🙂

 

Je souhaite continuer à découvrir Genève et ses alentours de par des promenades instructives où insolites et par des sorties culturelles…. Evidemment, rôliste je suis et je resterai ^^

 

Je suis sans voiture mais serait toujours contente de payer ma part si besoin.

 

Au plaisir de vous rencontrer sur une prochaine sortie.

  

 

et un petit poème en prose pour changer :

 

Entretemps quelques univers se sont entremêlés

une paire de super novas ont explosées

quelques naines noires se sont fondues en des artifices lumineux

et ont fait vi

un trou noir s’est ouvert … et a tout englouti

mais dans la gare des mondes, des pas se sont perdus

des pas se sont croisés et ont virevolté

pour repartir ailleurs vers d’autres mondes, d’autres bulles d’existences

vivre quelques vies où bien les rêver …

 Dans le bleu du ciel

je crois que je m’envole doucement

J’espère encore et je cours à travers

des rivières, des montagnes

pour trouver un parcelle de rêve

mais je crois que je finirai par

incarner cette guerrière flamboyante qui

pourfendra le dragon

et je retrouverai enfin mon arc-en-ciel….

 

Leave a comment

Filed under Defoulement

ma verte bretagne et encore du défoulement…

Il bruine sur mes pensées

ces petites gouttelettes me trempent doucement

et j’ai beau me tourner de part et d’autre nul soleil à l’horizon

Bien que certaines questions ne méritent pas de réponses

bien que certaines réponses font plus de mal que de bien

j’aimerai continuer à vouloir des réponses

J’ai regardé la Môme …. Enfin….

Moi, qui aime tant Edith Piaf et ces chansons d’amour roses et colorées

eh bien, sa vie était noire à l’image de ces robes qu’elle affectionnait tant…

même s’il s’agit d’une vision d’un cinéaste

ça m’a rendue triste cet écart entre ces chansons qui sublimait la vie

et sa vie si horriblement tragique à certains moments

il y a des avions comme des voitures qui ne s’arrêtent de tourner

que pour s’écraser ….

Tiens, l’autre jour on m’a dit qu’un adulte ne se coupait plus stupidement en coupant des carottes…

Alors pourquoi existe t-il encore des chagrins d’amour….

est ce que ce n’est pas finalement la chose plus immature et stupide au monde ?

et pourquoi je suis encore en train de pleurer ….

c’est peut-être pour ça que je n’écrivais plus

par peur que mes émotions me submergent ….

mais est ce si ridicule de ressentir ?

en ce moment, je cherche l’intérêt de ma vie…

c’est mon existentialisme qui me rattrape

et peut-être aussi mes rêves de petite fille  ^^’

je suis comme Batman, je rêve de m’envoler vers le ciel

et d’aider les autres

sauf que dès fois, j’oublie que les autres voire moi-même nous ne voulons pas d’aide…

juste avancer par nous-même…

Leave a comment

Filed under Defoulement

mélancolia

J’ai touché du doigt

la surface du lac

elle s’est brisée en milles morceaux

dans chacun un morceau de mon âme

Je pourrai chercher milles ans

que je ne retrouverai jamais ce que je fus

ni qui je serai … ce que j’aurai pu être…

cette fichue tristesse remplacée peu à peu

par de la résignation …

être humain, qu’es tu devenu …

science sans conscience n’est que ruine de l’âme

devient mon mantra

oublier dans les vicissitudes de l’être humain les miennes…

Leave a comment

Filed under Defoulement